photo Huffpost

La vérité est plus crue, samedi prochain, l’Armée sera dans les rues, aux côtés de la police, pour protéger des "bâtiments officiels" ou des "points fixes". Comme l’expliquait le chercheur Elie Tenenbaum "les militaires sont formés pour tuer. Leur métier, c’est le combat létal".
De la démocratie représentative telle que nous la connaissons, nous basculons dans autre chose, un danger sans nom. Certains l’appellent effondrement. D’autres lui ont inventé le nom terrifiant, et mutant, de Grand remplacement. On peut aussi le voir se profiler sous le nom familier du "dispositif Sentinelle"

D Schneidermann @si 21/3