On estime que les « sans religion » représentent désormais 50 à 60% des Français. L’augmentation serait inexorable  Les « sans religion » constituent aujourd’hui une population plus jeune, mais aussi plus masculine, plus diplômée et plus à gauche que les catholiques.

Mélinée Le Priol La Croix 12/03/19