Pas une seule fois les conséquences de la concurrence sur la valeur du travail ne sont évoquées. La question du pouvoir d’achat n’est conçue que sous deux rapports : celui des mesures fiscales, autrement dit des baisses d’impôts, meilleur gage d’un futur désengagement de l’État dans l’économie, et celui de la concurrence, autrement dit de la baisse des prix, qui s’obtient par une pression constante sur les salaires.

R Godin Libération 5/03/19