Le Fort du Gripp abrite en ce moment en son austère architecture militaire, une exposition présentant deux artistes qui ont su adapter leurs présentations à ces belles salles voûtées.

L’une, Julie Loyer, montre des petites pièces de tissage de différentes matières colorées, laines, tissus effilochés, rubans, associant dans leurs mailles des objets marins, coquillages, lièges, filets, et des ossements et crânes d’animaux peints de couleurs vives. Dans certaines on découvre des plantes suspendues, dans d’autres des petits personnages qui semblent se divertir. C’est plein d’imagination, d’astuces, de couleurs et cela nous fait découvrir une technique particulière et peu connue.

Oblique, rayures, obligatoires pour admirer l’abstrait :-)

L’autre, Laurent Montassine, présente des peintures sur toile ou papier de petits et moyens formats, fleurs, rouilles, machines, tuyaux, zones dentelées… les matières plus ou moins épaisses paraissent travaillées par le temps, les tonalités donnent à ces formes souvent abstraites une vie parfois tourmentée mais gardent cependant une forme de douceur.

Les œuvres sur papier que nous pouvons voir dans les petites salles du fond, lavis blanc, noir et surtout accompagnées de diverses tonalités et textures de gris, nous amènent à nous interroger sur l’étrangeté d’un travail aussi délicat en représentation d’un monde de dureté, d’angulosité et d’acier.

Et c’est dans ces enchevêtrements de couleurs et de formes que les deux artistes se rejoignent, associant l’un et l’autre créativité, dureté et tendresse.

Ondine à Kerampoulo