Manifestement, les organisateurs paient les pots cassés des débordements de plus en plus souvent constatés, et pas seulement à la suite d’événements festifs. «Ce n’est pas la partie festival qui m’inquiète, car elle semble bien gérée, mais ce qui se passera après, quand les spectateurs descendront sur le port», explique le maire.
Les problèmes causés par le comportement de certains jeunes avaient été abordés un peu plus tôt.

Ouest-France 11/06/18