"Une pétition circule sur le site Change.org. Elle est lancée par Patrick San Andres qui gère une location à Por-Lay. Il propose trois solutions « pour que ce parking retrouve sa fonction primaire, stationner pour se rendre sur l’île de Groix »" (Ouest-France 12/04/18)

Le problème du parking est abordé depuis de longues années et quelquefois de manière si intempestive que cela a abouti à chauffer des oreilles à la mairie de Lorient et, comme on nous avait prévenus du risque encouru, à la mise en place d’une Zone bleue.

Je parierais bien un coup de café qu’une intervention insulaire déterminée a obtenu la disparition de cette mesure pénalisant l’île :-)

Il ne faut tout d’abord pas oublier que ce parking appartient à la ville de Lorient, même s’il fut aménagé pour répondre aux besoins induits par la présence de la gare maritime. Donc la ville de Lorient peut se permettre d’y imposer quelque mesure que ce soit.

Le problème est que les solutions actuellement proposées, de droite et de "gauche", le sont toutes dans le but de répondre à un besoin personnel mais absolument pas pour résoudre le problème majeur, celui des véhicules ventouses.

Que les guichets de la gare maritime délivrent un ticket justifiant d’un passage sur Groix n’empêchera pas celui qui stationne son automobile à l’année de continuer à le faire. A chacun de ses passages piéton, il aura une justification !

De même, si aucune durée maximum n’est imposée, un résident secondaire arrivant en mai et repartant en septembre (comme on en connaît tant), pourra y laisser son véhicule et retrouver celui qu’il a laissé sur l’île (quelquefois à "ventouser" aussi le parking de Port-Tudy.).

Les travailleurs groisillons oeuvrant sur le continent n’en auront pas plus de garantie d’y trouver une place, ni les visiteurs à la journée ou pour un week end.

Un peu de souplesse pourrait néanmoins être apporté en interdisant le stationnement des camping-cars.

Dans un monde idéal, où Macron aiderait financièrement les communes au lieu de les étrangler, Groix achèterait le parking de la CCI et délivrerait (sans copinage...) un ou deux carnets de tickets de stationnement gratuits et à durée limitée à ses résidents permanents , quitte à eux à les utiliser à leur guise, (dérogation pour les travailleurs dûment répertoriés). Pour le reste, stationnement payant, à tarif SERVICE PUBLIC, comme ce le fut un temps au parking de l’Orientis