Ce chemin

personne ne le prend

que le couchant d’automne

Bashô