>En édito, l’Intervention du conseil municipal du 15 avril 2013 _ (extraits)

Monsieur le Maire,
Le budget 2013 est le dernier acte politique majeur de votre mandat, puisque vous avez décidé de ne pas vous représenter en mars prochain. Il est de coutume de faire le bilan de fin de mandats. Je vous dirais, que nous sommes partagés entre colère et déception
Colère
Colère parce que ce mandat aura été pour nous très éprouvant et particulièrement pénible. Lors de la séance d’installation en 2008, vous nous informiez que pour vous « débattre ce n’est pas seulement faire des listes de nos différences, mais aussi celle de nos objectifs communs » et vous poursuiviez par « ces dernières élections ont été pour moi une grande occasion de remise en question. Pour cela je remercie les électeurs tout autant que mes adversaires que je considère désormais comme mes partenaires au conseil municipal »
Après des mots aussi chaleureux, nous étions en droit de penser que nous allions tous ensemble, majorité et opposition pouvoir travailler pour le bien de la commune. Or, malheureusement Il n’en fut rien. Durant tout ce mandat, vous n’avez eu de cesse de nous ignorer et de nous priver de l’information que nous étions en droit d’obtenir. Il nous a fallu aller à la chasse aux informations et avons appris, très souvent en lisant la presse, les projets ou les investissements que la commune se proposait de réaliser. Beaucoup de vos projets n’ont jamais été présentés aux élus du conseil municipal, que ce soit le Pôle enfance, le pôle mer, les constructions des logements à Locmaria et Kermunition, la rénovation des sanitaires de Port-Tudy pour ne parler que de ceux là. Lors des visites du Préfet ou du Sous Préfet, nous avons régulièrement été exclus des réunions de travail. A maintes reprises nous vous avons demandé de participer aux rencontres avec les agriculteurs ou les pêcheurs lorsque ceux-ci étaient invités en mairie. Jamais nous n’avons été conviés à ces réunions. De même pour la révision du PLU, où vous aviez pris l’’engagement de nous inviter à participer aux réunions d’’élaboration, vous nous avez ignorés.
Jamais, en conseil municipal, nous n’avons obtenu les bilans d’activités des animations jeunesse, du musée, de la bibliothèque, du port de plaisance, du foyer résidence
... A travers cette volonté délibérée d’exclusion, c’est l’ensemble de la population de l’île que vous avez privé d’informations sur la vie municipale
Pour vous, nous n’existons pas. Nos propositions ne vous intéressent pas. Je ne voudrais pas revenir sur le transfert du port de Locmaria, mais je crois une fois de plus que nous avions raison. Vous comprendrez notre colère qui est tout à fait légitime.
Déception
La déception est de voir notre ile à l’agonie, avec une baisse régulière de la population permanente, les effectifs des écoles en baisse, des commerces à la peine, des cessions d’activité pour d’autres, l’activité touristique qui régresse d’année en année avec des chutes de fréquentation de l’ile jamais vues (-13% en 2011 et près de -3% les années suivantes , les tarifs des liaisons maritimes qui augmentent anormalement, une île à l’abandon, avec des bâtiments communaux non entretenus.
Alors avec ce budget vous nous proposez quoi ? Rien de nouveau qui puisse changer votre politique. Les crédits nécessaires à l’entretien des bâtiments baissent de - 60%, l’entretien des terrains de -300%, les fournitures de voirie de - 8,33%.
Alors qu’il serait indispensable de réaliser des travaux d’entretien sur l’ile et de prévoir une dératisation de la commune, rien n’est prévu. Vous privilégiez des investissements surdimensionnés et dont l’utilité de certains est plus que contestable. Pour les financer, vous êtes dans l’obligation de contracter des emprunts à hauteur de 1,14 M€ ; ce qui établira la dette globale de la commune, à 2,7 M€ soit une dette par habitant de 1203 € (164 € en 2000, 714 en 2011)
A titre de comparaison la dette moyenne par habitant pour une commune de même strate est de 800€ environ vous serez donc 50% supérieur à la moyenne nationale.
Parallèlement l’annuité de la dette passe de 181710 € (en 2011) à 223950 € soit une augmentation de + 23,24%.
Voila, Monsieur le Maire, Messieurs les élus de la majorité, la situation financière que vous laisserez à vos successeurs.
Pour toutes ces raisons, nous voterons contre votre budget.