Message à l’attention des persécutrices de « l’oiseau marin rieur », entouré de ses feudataires en jupons.

Ô, grande historienne de Port-Blavet, les longues périodes crépusculaires relatives à vos exploits passés sur la presqu’île, paraissent avoir exacerbé votre acrimonie congénitale.

Ô, rameuse concarnoise aux relents d’Euskadi, inspiratrice de la précédente, vos vingt années passées en gesticulations dans les coursives de l’ancienne usine « Gaudin-Dandicole, les week-ends continentaux, les rencontres inopinées à l’aéroport de Quimper-Cornouaille, semblent avoir altéré votre conscience au point d’en oublier le « devoir de réserve », inhérent à votre fonction, décidément fragilisée en cette période de crise.

Quoi qu’il en soit, l’équipage du « Paroles de Groisillons » vous remercie chaleureusement pour votre campagne promotionnelle inestimable, bien utile pour collecter les droits d’auteurs qui sont offerts par toute l’équipe à la réfection et l’entretien des chapelles et église de l’île de Groix.

« Et met ça sur ton pain ! ! ! » (phrase typique de groisillon maritime, fréquemment entendue sur le pont des navires de l’île au XX° siècle).

Jo Gallo, modeste chroniqueur local (mais agacé), « vainqueur des jaloux ».