Bilan plutôt positif de la saison estivale pour l’UMIH. Un secteur qui peine néanmoins à recruter. «Vous pouvez parfois tourner longtemps le dimanche pour trouver un restaurant ouvert. Pour recruter, il faut prendre en compte les conditions de vie. Des personnels, qui, de surcroît, rencontrent des difficultés à se loger. Sur le littoral, des propriétaires font désormais le choix du marché touristique ». Une ubérisation du marché que regrettent les hôteliers.

R. Nescop Le Télégramme 07-10-19-