"Les ministères n’en ont rien à cirer de la psychiatrie"

La psychiatrie est à mes yeux le dernier maillon d’une société qui souffre. C’est un secteur abandonné. L’Etat ne se préoccupe pas de la réalité clinique. Le fait de nous supprimer des moyens est bien l’illustration du peu d’intérêt que l’on porte à la profession. Mais c’est plus globalement un coup que l’on porte au service public. Sans moyen, comment va-t-on continuer de soigner sur le long terme ? C’est la mort du service public.

Midi Libre 28/11/18