Alors que dans les années 1970, le plan téléphonique pour tous était conduit avec un seul opérateur public, aujourd’hui le gouvernement préfère laisser au privé l’installation des réseaux à très haut débit les plus rentables.

Il l’a déjà fait pour la téléphonie mobile dans les années 1990, créant alors des zones blanches où la connexion est mauvaise, voire impossible. Il est probable que le THD suive le même chemin avec les mêmes conséquences : une discontinuité du territoire vis-à-vis d’une connexion rapide à l’internet.

H. d’Erceville Le Courrier des Maires.