L’Etat et le pouvoir rétrocèdent, on le sait, aux départements, le droit de revenir sur les 80 km/h et d’en assumer les conséquences... Dans Le Courrier de l’Ouest, le président du Maine-et-Loire, Christian Gillet, dit ceci : "Pour certaines portions que nous estimons très accidentogènes, on pourrait passer de 80 km/h à 70 km/h" Cet homme est un brave.

C. Askolovitch France Inter 17/05/19