Questions, remarques et avis du collectif Natura 2000 des citoyens de l’île de Groix

Nous aimerions recevoir les réponses aux questions suivantes.
1ère question : Pourquoi draguer le site à 6 m, alors que, selon le site de la Volvo race, le tirant d’eau maximum des bateaux n’est que de 4 m ?
2ème question : Pourquoi le coût estimé est-il de 3 100 000 € page 114 ? Y aurait-il une possibilité de dépassement ? De combien ?
3ème question : Qui va payer ?
4ème question : Pourquoi la distance de la zone de clapage à l’île de Groix est de 5NM page 11, de 2 NM page 127, alors que la mesure sur la carte donne 1,5 NM ?
5ème question : Pourquoi le schéma directeur des dragages du Morbihan, n’a-t-il pas présidé à l’établissement de ce projet ?
6ème question : page 92, nous lisons :
zone C’ : pôle course ;
zone B’ : pôle location ; ce pôle est–il un élément de la course ? les zones A’ et C’ n’ont pas de destination. De quoi s’agit-il ?
7ème question : Pourquoi dès lors que l’on veut draguer 1,5 à 2 m, ne prendre des échantillons qu’à 15 cm ou 20 cm (piquages 1 – 2 – 3 ) et à 1 m ( piquages 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 ) de profondeur ?
8ème question : Comment justifiez vous (planche 12 ) ?
a – Potentiel de valorisation des matériaux
- scénario 1 : bon
- scénario 3 : bon ; alors qu’il n’y a là, à l’évidence, aucune valorisation des matériaux enfouis.
B – Coût du transport des sédiments :
Scénario 1 : élevé
Scénario 3 : Nul ?
9ème question : Pourquoi n’y a-t-il aucun site de suivi physico chimique sur le littoral de l’île, alors qu’il y en a 6 sur le littoral du continent ?
10ème question : Comment pouvez vous, affirmer dans ces conditions, qu’il n’y a aucun risque de contamination dans cette zone d’impact potentiel ( littoral de l’île ) ?
11ème question : Pourquoi n’y a-t-il aucun contrôle physico chimique de la zone médiolittorale correspondante à la Réserve François Le Bail tapissée de pouce – pieds (espèce rare et fragile), zone située à 1,5 Nm de la zone de clapage largement battue par les vents d’ouest et les effets de marée.

Remarques :
1ère remarque : Dans les mesures compensatoires, nous lisons page 190 :
- A – Lors du dragage et de l’immersion, les mesures à prendre POURRONT ETRE…..
- B – Différents suivis POURRONT ETRE…
Le verbe pouvoir, n’a évidemment aucun sens contraignant, c’est le verbe DEVOIR qui aurait du être utilisé, accompagné d’un protocole strict de suivi. Ces déclarations potestatives ne peuvent être admises en l’espèce.
2ème remarque : Il n’y a dans le dossier aucune photo montrant l’état initial, l’état actuel de la zone, qui pourrait nous amener à accepter votre conclusion : les clapages entretiennent l’état de conservation du milieu ( page 159 )
3ème remarque : Dans le rapport d’analyse du laboratoire AGROLAB nous avons lu et retenu :
La plausibilité du résultat est difficilement vérifiable sur des échantillons dont le laboratoire n’a aucune donnée sur les origines, l’historique…
Qui plus est, ce laboratoire prend les précautions qui étayent sa mise hors responsabilité en précisant : Prélèvements inconnus… date d’échantillonnage inconnue .
C’est sur ces éléments que vous avez établi le score de risque. Nous ne pouvons donc admettre la plausibilité de vos résultats.

AVIS :
En l’état, nous vous avisons solennellement que nous sommes totalement opposés au scénario N° 3 que vous vous proposez d’adopter.
N’ayant qu’un délai très court, combiné aux activités des périodes de Noël et de fin d’année, nous n’avons pu complètement étudier ce dossier. Nous faisons toutes réserves sur d’éventuels points à découvrir pouvant conforter notre avis.

Nous ne voulons pas que les Courreaux de Groix soient dans 10 ans la baie de Minamata française