D Robineau (RES) : Sur la base des données existantes sur le milieu marin, il est indispensable de s’éloigner des côtes pour limiter les impacts sur la biodiversité et le paysage. Nous préconisons donc des distances de plus de 25 km des îles de Groix et de Belle Île. Nous comprenons que le caractère innovant de l’éolien flottant suscite encore des questions. La concertation doit être plus décentralisée et davantage nourrie de contributions citoyennes.

Ouest-France 14/01/2021