Por que te vas Ricardo ??

Photo Le Télégramme
>

On ne s’habitue pas aux annonces de décès brutales même si les autres nous font ces temps-ci côtoyer trop souvent la mort.

Encore un homme au grand coeur qui part avant d’avoir pu offrir quelques réalisations artistiques et militantes de plus.

Groix se souviendra de son visage souriant que ne masquait pas son grand chapeau.

Certains se rappelleront aussi de ses petits livrets racontant des anecdotes à l’humour groisillon. Il m’avait demandé de publier celle qui est restée inédite et autorisée à publier les autres et j’ai suivi de plus ou moins près ses autres oeuvres. .

"Zone mortuaire" livre qui me l’a fait connaître, a été élaboré avec des chômeurs participants d’un atelier d’écriture lorientais, qui me l’a fait connaître.

Il travaillait aussi pour le théâtre et le cinéma. Il avait notamment accompagné les élèves du CIP pour parler de Robinson.

Il est également venu présenter deux de ses films choisis par Cinéf’îles et a animé une conférence pour l’Université populaire.

Je n’oublie pas sa présence aux fêtes de l’Huma Bretagne :
L’une en 2005 avec l’exposition présentée de l’anniversaire de la loi de séparation des églises et de l’état, Histoire et actualité de la laïcité.

L’autre en 2006, où il redisait, dans « 36, pas mort !", ce que furent les passions et les ferveurs du côté du peuple et son rêve du Front Populaire, la peur, la haine ou la rancoeur du côté des possédants.

Voici le beau texte que je pourrais me contenter de recopier. Il l’avait écrit pour rendre hommage à Yann Boterf.

" Yann, je te célèbre, je te pleure. Depuis le Chili. Ici, ceux qui te pleurent, crieraient : "YANN, PRESENTE, AHORA Y SIEMPRE. Venceremos ! "
Oui, nous vaincrons. Reviendront les Jours Heureux. Nous vaincrons, comme en 44. Nous gagnerons la Guerre que les derniers gouvernements et principalement l’actuel font au peuple, aux humbles, français ou non ; perdront. Il y aura une Libération, une nouvelle sécurité sociale, de nouvelles allocations familiales, de renationalisations, un service Public et populaire au service de tous français ou non. Nous vaincrons. Grâce à tes camarades et toi, et avant toi, Albert, Tu as fait de l’Ile de Groix un ilot de résistance. Comme l’ile l’a été quand les Nazis l’occupaient et y installaient un petit camp de concentration. Nous nous sommes peu connus. Mais je t’admire. Tu avais les cheveux blancs. Et les mains propres. Ricardo Montserrat, éternel amoureux de cette île.. "

Hasta siempre, camarades !

Nous prions ses proches d’accepter nos sincères condoléances.