Xénophobie. Plus de 800 personnes dans la rue

Ni le Président, ni ses ministres n’ont plus le droit que d’autres de fouler aux pieds la Constitution et les principes de notre République laïque». Ils étaient au départ plus de 400 pour dire «Non à la xénophobie d’État, à la politique de la haine et de la peur». Ils étaient 1.000 en arrivant à la sous-préfecture.
Le Télégramme 05/09/10
800 personnes défilent « contre la xénophobie » à Lorient
« Le nécessaire respect de l’ordre public ne doit pas passer par la désignation de boucs émissaires », a lancé Maryse Butel , se référant aux expulsions de Roms. « La justice régresse », a-t-elle encore clamé avant de déposer le texte de l’appel dans la boîte aux lettres de la sous-préfecture.
Ouest-France 05/09/10
Tournis
Qui peut sincèrement penser que la déchéance de la nationalité sera de nature à faire réfléchir les voyous qui s’attaquent aujourd’hui aux forces de l’ordre ? La surenchère gouvernementale en la matière souffre d’un autre mal : son inefficacité. La semaine de tous les dangers pour le gouvernement commence bel et bien ce week-end.
Paul Quinio Libération 04/09/2010

Marc Trévidic. Le juge breton qui défie Sarkozy
Le juge Trévidic dérange. Il est l’un de ces juges dont Nicolas Sarkozy ne veut plus entendre parler. Il est l’un des symboles de la révolte des juges. Cet homme s’est taillé une solide réputation. Un «incorruptible» de la trempe des Van Ruymbeke, Joly, Jean-Pierre ou Halphen.
Hervé Chambonnière Le Télégramme 05/09/10

Courant d’ère. Vanité des vanités
Les médailles, il en est de parfaitement légitimes. Celles qui perpétuent la résistance de quelques-uns quand la masse reste inerte ou devient complaisante. Celles qui récompensent un travail scientifique. Les médailles de la culture, c’est déjà autre chose. On entre dans le jeu des réseaux, des modes, des caprices, des favoritismes... Restent les médailles d’honneur. Et c’est là le drame. Là-dessus, franchement, non merci ! Bousquet fut décoré. Papon fut décoré. Les spéculateurs qui déclenchèrent la crise étaient décorés...
Hervé Hamon Le Télégramme 05/09/10