"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire" George Orwell
8610489 visiteurs
Les amis du site
Fanch
Zone Hors AGCS
retour page précédente
ARTS, CULTURE & SPECTACLES
Spectacle, conte, musique, théâtre, expos, sculpture, peinture...
LA COMMUNE (Paris 1871)
mai 2008 - 01:37
7 commentaires

Superbe soirée offerte par Cinéf’iles.

Une organisation sans faille :
Bruno au projecteur, Florence à l’intendance et Martine et Catherine à veiller au grain.

Et un film hors du commun, c’est le moins que l’on puisse en dire.
80 personnes se sont déplacées (toujours pas d’élu...)

Outre le choix de Peter Watkins d’avoir recruté pour ce film majoritairement des intermittents du spectacle, des chômeurs et des sans-papiers, il a fait celui de leur faire travailler le sujet avant les quinze jours de prises de vues faites chronologiquement dans les décors, qui sont habituellement ceux d’Armand Gatti.

Chacun des acteurs a donné sa vision des évènements relatés mais aussi de ceux qu’il vit actuellement. La trouvaille est d’avoir introduit dans cette relation historique la présence d’une presse aux ordres d’un modèle contemporain (télés versailaise et communale) sans compter l’introduction faite par Watkins lui-même sur la relation entre Lagardère, patron de presse (lié au Monde et à l’Huma) et en même temps fabricant d’armes.

L’action se passe dans le XIè arrondissement, quartier des petits métiers et où la misère est plus fréquente que l’opulence. Le rôle de l’église, de la petite bourgeoisie

et des commerçants aisés m’a personnellement renvoyée à l’échec d’Allende.(oserais-je dire à celui de 68 ?)

Les femmes essayant de mettre en place des ateliers coopératifs et se rendant compte qu’elles devront produire, et encore produire et non pas se garder du temps pour apprendre et éduquer leurs enfants comme elles le souhaitaient parce qu’elle dépendent comme tous d’une économie qui les dépasse est un des moments saisissants de ce film dérangeant. Celui où les hommes ne veulent pas leur faire de place à leurs côtés nous ramène aussi à une dure réalité.

Mais :

""Tout ça n’empêche pas Nicolas,
qu’la Commune n’est pas morte....""


De : Admin

    LA COMMUNE (Paris 1871)
    mai 2008-12:24

    Chapeau au Ciné-Club de Groix !
    Le choix du film et la présence de 70 spectateurs sont un signe de vitalité culturelle !
    Anita, Tu pourrais chanter :
    "Tout ça n’empêche pas Nicolas (.....et les autres....) qu’la culture n’est pas morte !"

    Philippe (Nantes)



      LA COMMUNE (Paris 1871)
      mai 2008-12:35
      De vec la situation

      Bonjour Anita

      J’apprécie ton commentaire, sauf que les élus, communistes ou non, ne sont pas obligés de voir les même films que toi, en même temps que toi. Pour modérer tes propos à juste titre enthousiastes je dirai que sur le fond, la volonté de rapprocher les préoccupations de la Commune avec des évènements plus contemporains me paraît trop lourdement soulignée . Par exemple, je ne crois pas que les acteurs anonymes de la Commune se soit préoccupée à ce point de la situation de l’Algérie en cours de colonisation, ni des droits de circulations des capitaux et des marchandises par rapport aux migrations humaines . Bon, on pourrait en parler longtemps. Une bonne soirée, bravo à toute l’équipe, pardon, à toute la bande. Ps. J’ai noté beaucoup de similitude entre le contenu des cartons et les commentaires de wilkipedia sur la Commune ; c’est quasiment du mot à mot. Fraénçois de Chat



        LA COMMUNE (Paris 1871)
        mai 2008-13:49

        Mon commentaire sur l’absence d’élu répète une litanie souvent énoncée sur ce site : nos élus sont très souvent absents des manifestations culturelles.
        Cela n’a rien à voir avec le fait que j’y sois présente ou pas (sauf que si ne suis pas présente, il me faudrait me fier aux "t’as pas su" pour en parler et ça, j’aime pas trop....)
        Rassure-toi, je ne serai pas à la projection des Ch’tis ce soir pour voir qui se régale de ce genre de spectacle : je m’en tape !
        Quant à ce que montre Watkins de la situation actuelle par rapport à 1971, il me semble que 54 % de personnes ont récemment montré qu’elles n’étaient pas d’accord non plus avec son point de vue. Ce n’est certainement pas cela qui me fera changer d’avis.
        Des intermittents du spectacle, originaires d’Algérie, qui ont travaillé eux-mêmes les textes et situations qu’ils ont joués, ne connaîtraient pas l’histoire de leur pays et les pillages économiques ? (Ils ont certainement lu au moins Frantz Fanon). Ce n’est pas non plus le genre de discours que je suis prête à laisser passer sans réagir, surtout sur MON site (ou sur la formule qui le remplacera fin juin).
        AM
        P. Scr : il y a possibilité de regarder la date de publication des commentaires de Wikipidia ? ils sont peut-être le fait d’un des collaborateurs de Watkins .

          LA COMMUNE (Paris 1871)
          mai 2008-14:55

          Erratum

          A y regarder de plus près, je ne parle pas de la méconnaissance des intermittents du spectacle sur la situation de l’Algérie en 1871, mais plutôt de la place que cela prenait dans les préoccupations des acteurs ( comprendre actifs, et non pas comédiens ) de la Commune ; Désolé de ne pas avoir été assez clair. François

            LA COMMUNE (Paris 1871)
            mai 2008-15:20

            ""plutôt de la place que cela prenait dans les préoccupations des acteurs""
            même explication : dans le film, les algériens de 1871 (représentés par des intermittents d’origine algérienne) expliquaient fort bien dans leurs conversations de bistrot comment ils avaient été expulsés de leurs terres pour laisser la place aux colons et comment leurs frères spahis ont été condamnés pour s’être rebellés contre la domination française. Ils devaient, eux aussi, savoir de quoi ils parlaient.
            AM

          LA COMMUNE (Paris 1871)
          mai 2008-14:40
          De François Marguet

          Etant élu et par ailleurs adhérent de Cinef’iles , je trouve que dans ton commentaire "toujours pas d’élu ", "toujours " est de trop . J ’ai le plaisir d’assister régulièrement aux séances organisées par cette équipe très sympathique , qui sont d’ailleurs des amis , et je trouve cette appreciation , qui sous entend que les élus ne s’interessent pas aux manifestations culturelles , profondément injuste. Je peux à ce sujet te dire que tous consacrent beaucoup de temps et surtout de soirées à la vie municipale . En ce qui me concerne , si je n’avais pas été bloqué et lundi soir et mardi soir par des réunions ,j’aurais assisté à cette séance , mais il faut bien consacrer un peu de temps à ses amis ... Amicalement François Marguet

            LA COMMUNE (Paris 1871)
            mai 2008-15:35

            toutes mes excuses François, j’ai encore du mal à te situer parmi les élus :-(
            deux ou trois réunions de CM à venir (si je suis assidue) et je ne recommencerai pas.
            AM





Mot(s)-clé associé(s) :
Cinéma-vidéo
Mouvements
Dans la même rubrique
Cahiers. L’île de Groix à l’aquarelle avec Michel Larzilière
juin 2008
COUP DE COEUR DU CAILLOU
juin 2008
La fête des Courreaux, on en parlait déjà en 1867
juin 2008
GALA DE DANSE.
juin 2008
FETE DE LA MUSIQUE
juin 2008
Samedi, l’île fête la musique, toutes les musiques
juin 2008
Michel Tonnerre, nouveau disque à babord !
juin 2008
C I N E F ’ I L E S
juin 2008
éCUME DES JOURS.
juin 2008
Ambiance bucolique et théâtrale dimanche, au lavoir de Kermario
juin 2008
Fontaines et lavoirs chantés et dansés par Barde Bleimor
juin 2008
Portraits de femmes jeudi au ciné-club
juin 2008
Un concours photo à la fête de la musique
juin 2008
Journée du patrimoine : Saint Gunthiern
juin 2008
Cercle Celtique Barde Bleimor
juin 2008
Fraise Melba fête 20 ans de chansons
juin 2008
Bagadoù. Inquiétude et résistance
juin 2008
Fête de la Musique : Concours photo
juin 2008
Cercle celtique
juin 2008
Avec Saint-Gunthiern, dimanche autour d’un lavoir
juin 2008
Ile-de-Groix.info | TOUS LES ARTICLES

haut de page | accueil | recherche

© 2002-2008 Île-de-groix.info | contact | mentions légales


Ile-de-groix.info est hébergé par


SPIP